Guerre cordiale entre Ngoh Ngoh et Mvondo Ayolo: Paul Biya est il le maitre du jeu ?

1
204

Paul Biya, chef de l’Etat et président de la République, s’est adressé aux Camerounais dans son traditionnel message à la nation le 31 décembre 2020. Avec des fortunes différentes dans l’opinion publique.

Le quotidien Le Messager, journal plus iconoclaste, fait la une en cette fin d’année: « Biya ou l’art du hors-sujet ». Le chef de l’Etat est dilatoire pour le journal de Douala, qui devrait localement prendre des options pour apaiser les tensions sociopolitiques. Et pourtant, répond Cameroon Tribune, le quotidien à capitaux publics, « Nous sommes sur la bonne voie ». Le Président de la République s’est adressé jeudi dernier à ses compatriotes dans le cadre de son message de fin d’année et s’est félicité des progrès de la démocratie au Cameroun. Cependant, il a regretté l’attitude de certains qui ont choisi d’évoluer à la limite de la légalité. Le chef de l’Etat a également exhorté les Camerounais à être particulièrement vigilants dans la lutte contre Covid-19. Mutations, un quotidien publié à Yaoundé, revient également au «Cameroun de A à Z». En passant en revue les faits qui ont façonné le Cameroun en 2020, chaque lettre de l’alphabet était collée à un événement. Aussi A pour Autoroute-B comme Boko-Haram-D comme Décentralisation-E comme Debt-F comme Football-G comme Government-K comme Kamto-N comme NoSo-O comme Operation Sparrowhawk-V comme Vaccine -Z comme Zlecaf.

Le journal Realités Plus, publié à Yaoundé, traite le sujet dans un style que nous connaissons aujourd’hui. Plus une blague: « Le président Paul Biya a trop fait pour le Cameroun, il lui faut un monument de taille dans les 58 départements. » En 38 ans de pouvoir, le président Paul Biya a fait passer le Cameroun des temps anciens aux temps modernes. Le Cameroun est ouvert dans tous les domaines: éducation, santé, voirie, logement social, eau et électricité, démocratie, liberté d’expression, liberté de la presse, économie, armée, police, administration, service public, emploi … Paul Biya en a trop pour le peuple camerounais terminé. Il est temps de lui consacrer un monument important dans chaque capitale départementale pour sanctifier la statue d’un artisan de la paix, un bâtisseur légendaire et historique.

En signe de ce message et à la tête de l’Etat, la lutte pour la succession s’intensifie. Pour le journal L’indépendant, il y a «Le choc des titans» sous la présidence de la République. Les manœuvres qui anticipent l’arrivée imminente d’un cabinet remixent le carburant

La chaleureuse hostilité entre Sgpr et Dcc. La guerre de succession est ouverte, au-delà du positionnement de ses partisans sur tous les rouages ​​de l’appareil gouvernemental.

Dans NOSO, cependant, le journal entrepreneur a trouvé un îlot de paix dans ce domaine, en proie à une crise sociopolitique depuis 2016. Crise anglophone: « Ngala Gerard, l’exemple de Shey Jonas Yembe ». La situation de Ndonga Mantung et en particulier dans la ville de Nkambe nous parle. En passant, il faut noter que ce ministère n’a jamais subi de mauvais traitements graves de la part des séparatistes depuis le début de la soi-disant crise anglophone. Curieusement, beaucoup n’ont jamais essayé de comprendre comment cela a été rendu possible.

REF: camer

QU’EN PENSEZ-VOUS?

1 COMMENT

  1. […] Lire l’article au complet sur web.cameroonmagazine.com […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]