Cameroun : qui veut la mort des ouvriers agricoles de Bélel et de leurs défenseurs ?

0
70

Bélél à Adamawa, vous savez? Certainement pas. Qu’en est-il de son organisation syndicale pour la défense des ouvriers agricoles locaux? Sans doute encore moins.

En tout cas, sachez aujourd’hui qu’un expert local tente d’amener ces pauvres ouvriers agricoles et leurs défenseurs à un demi-mètre sous terre par des amendes à la justice. Parce que le syndicalisme ici, vous savez, n’a pas une bonne presse dans le capitalisme agro-pastoral.

L’organisation concernée ici n’est que la petite mais très persistante coordination des Travailleurs Agricoles de Bélél, ou COTRAG en abrégé, anciennement CTA, qui a été fondée dans le département de la Vina, en particulier dans les trois localités du département où sont implantés les camps . – ou quoi qu’il en soit – des plantations industrielles du jeune riche Mohamadou Bobo: Bélél, N’goura, Koudini.

Détails maintenant sur les menaces concernant l’organisation de la défense des ouvriers agricoles de M. Bobo: Selon les informations recueillies à la Fondation Kalkaba pour la promotion de l’arbre à palabres, de la bouche d’étudiants qui effectuent un stage académique d’un mois diplômé de chez soi En octobre 2020, 3 (trois) dirigeants syndicaux de la Coordination des Travailleurs Agricoles, COTRAG, de Bebel (à environ 100 km de N’gaoundéré) ont été licenciés du jour au lendemain et poursuivis pour «incitation» Strike »et« Rebellion »comme toujours. Il faut savoir que le CTA, coordination des ouvriers agricoles, est mis en place dans les villes de Belel, Ngoura et Koudini, où les riches El Hadj Abbo Mustapha ont construit des ranchs de 100 hectares et plus et pratiqué la culture moderne du maïs sur plusieurs centaines de fermes. Hectares. La main-d’œuvre (permanente et saisonnière) atteint des centaines de travailleurs aux heures de pointe.

D’aujourd’hui à aujourd’hui, nous apportons les détails suivants sur la situation de la fédération syndicale. Les trois syndicalistes menacés sont Bakary Baboua Oscar, 36 ans, ancien cheminot; Bayara Beka (29), anciennement vidé de Yaoundé, et Djilougou Bata (26), également vidé d’Edéa. Selon les dernières informations, ces trois dirigeants du COTRAG ont été conjointement condamnés à une amende par le tribunal correctionnel de Meiganga début décembre. Pour un montant de 3 979 541 francs (trois millions neuf cent soixante-dix-neuf mille cinq cent quarante et un francs), dont 3 900 000 francs d’amende et 79 541 francs de frais de justice.

Les circonstances des menaces qui pèsent sur 3 (trois) syndicalistes de cette ODH sont classiques: après plusieurs courriers à la direction de l’entreprise basée à Meiganga, la dernière lettre du COTRAG a été publiée le 27 août 2020, une mise en demeure à l’employeur El Hadj Abbo Mustapha (Ets Ranches et Céréales de l’Aamaoua, Ets RCA) pour réglementer l’inscription complète de tous les salariés permanents de l’entreprise auprès de la Caisse Nationale d’Assurances Sociales (CNPS-N’Gaoundéré) (128 salariés) avant le 1er novembre 2020, sinon 30 jours plus tard, le petit syndicat a lancé un appel à la grève dans toutes les structures de la société agraire de la région d’Adamaoua. Le 5 octobre, les trois principaux dirigeants du COTRAG ont reçu une lettre de démission sous une forme appropriée, naturellement sans indemnité de départ, mais surtout avec la menace à peine voilée de se retrouver devant le tribunal correctionnel pour incitation à une grève «soulèvement de masse» contre les intérêts de la société «RCA».

Avec des amendes de plus d’une brique par syndicaliste, qui croira que ce n’est pas leur mort certaine que nous recherchons et leur association syndicale avec?

REF: cameroonvoice.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]