Ayant rencontré les représentants des groupes rebelles de la zone anglophone, le président de la République n’a pas donné des signes du début d’une quelconque concertation comme l’attendait le peuple afin de mettre un terme à cette crise qui dure depuis bientôt 3 ans. C’est l’omer-ta total pendant que le temps s’écoule.

Rien ne bouge depuis le retour de Paul Biya de la Suisse. Si l’on constate une sorte d’accalmie apparente dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, c’est certainement dû à une sorte d’élégance pour que le processus enclenché sous l’égide du gouvernement helvétique aille jusqu’au bout. Plus d’une semaine depuis son retour au bercail, Biya et ses affidés sont silencieux comme des carpes.

Et pourtant, le peuple qui a découvert par extraordinaire que des concertations sécrètes du dialogue avaient été initiées en Suisse entre le gouvernement camerounais d’une part, les différents groupes de l’Ambazonie venue autour de la table et la Suisse qui s’est proposé d’assurer la médiation, attend toujours d’être mis aux faits de cette nébuleuse. Le gouvernement de Yaoundé avait déjà donné sa position sur les dossiers et les sujets à l’ordre du jour. Il s’agit de débattre ou de faire des concessions et compromis sur tout sauf la sécession.

Ce qui en clair veut dire que l’hypothèse souhaitée de la création de l’Etat d’Ambazonie est bottée en touche. Les fédéralistes et les modérés s’appuient sur la mise en œuvre effective de la décentralisation pour un développement optimal de chaque contrée. Pourtant, le conseil fédéral suisse dans un communiqué rendu public s’est positionné comme médiateur au travers du département fédéral des affaires étrangères en collaboration avec le centre pour le dialogue humanitaire. Jusqu’à ce jour, aucune information ne filtre sur ce qui se fait, encore moins les acteurs impliqués dans la résolution de la crise en dehors de ceux ayant pris par aux rencontres de la Suisse. Tout en signalant que certains belligérants n’ont pas daigné se présenter à ce conclave pour des raisons qui leurs sont propres.

Réveillez-vous !

Une expression bien connue des Camerounais dans la mesure où elle concerne des personne qui ont parfois tendance à somnoler alors qu’elles sont attendues sur le terrain des opérations. Le sens est trouvé pour interpeller les acteurs du conclave du 25 au 27 juin en Suisse qui sont dans un coma qui invite aux questionnements.

Qu’est-ce qu’on attend pour démarrer le dialogue ? Est-il encore possible d’attendre le temps du président ? Y’a-t-il possibilité de gagner encore du temps pour jouer à l’usure ? Difficile de répondre à ces questionnements. Toujours est-il qu’un calme olympien règne d’un côté comme de l’autre. Ce n’est plus le temps ou l’horloge du président qui trotte mais la survie d’un peuple et d’une nation que l’on présente Une et indivisible. La communauté internationale et les amis du Cameroun attendent impatiemment que soient appliquées les résolutions.

Source: Le Messager No 5341

Téléchargez notre application Android

Les articles les plus lus en ce moment:

Donnez une note à note site:

Les notes du site:

4.5
4,5 rating
4.5 out of 5 stars (based on 99 reviews)
Excellent76%
Very good11%
Average4%
Poor3%
Terrible6%

Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here