La suite du plus gros succès de tous les temps pour un dessin animé est à l’affiche. Un retour à la nature, écolo et rigolo, en forme de presque comédie musicale.

Elsa ! Anna ! Olaf ! Ils ont un peu changé. À peine. Surtout l’hilarant Olaf, tel qu’en lui-même, neigeux, naïf, innocent. Six années ont passé dans la vraie vie, depuis le premier film, mais l’intrigue de La Reine des Neiges 2 se déroule trois ans après La Reine des Neiges.

Apparus en 2013, ils étaient devenus presque immédiatement éternels : Elsa, Anna et leurs amis, inoubliables, ont gagné le statut des héros Disney iconiques. Ils sont entrés dans la tête des enfants pour n’en plus sortir, comme Bambi, Pinocchio ou Blanche-Neige.

Le producteur Peter Del Vecho résume parfaitement l’affaire : « C’est comme s’ils étaient de notre famille. Ils sont attachants parce qu’ils sont imparfaits tout en aspirant à quelque chose de grand. Leur histoire, leur destinée dépassent ce qu’ils sont individuellement. Et comme beaucoup de conteurs, nous ne pouvions pas arriver à les oublier, ils continuaient à vivre dans notre tête. »

La chanson est omniprésente

Elsa possède toujours ce pouvoir magique de créer de la glace et de la neige, mais voilà, c’est la vie, il lui faut, à elle comme aux autres personnages, apprendre à se battre pour trouver sa place et se forger une destinée. Elsa et Anna sont entrées dans l’âge adulte et il leur faut, pour aller de l’avant, s’ancrer dans le récit des origines, ce récit familial qui étend ses ombres et ses mystères.

Tout l’enjeu du film est là : la quête d’une identité, dans un pays lointain inconnu, qui ne s’atteint qu’après un périlleux périple. C’est une histoire de naissance et de mort, inspirée par l’imaginaire des contes scandinaves.

La Reine des Neiges avait ses chansons et son tube, Libérée, délivrée. La Reine des Neiges 2 monte le son : on se croirait presque dans une comédie musicale, à chaque personnage sa chanson.

Ça chante, ça enchante et ça nous reconnecte à la nature. En y songeant, quand on est grand, on pense à Rousseau. Pour qui la vérité qui ne saurait provenir de nulle part ailleurs que de la Nature. Rousseau se voyait comme le porte-parole de la voix de la nature en son époque où tant d’hommes s’en sont éloignés.

La Reine des Neiges , comme une fille du changement climatique, tente de réparer quelque chose. À travers les forêts enchantées et les mers sombres, Elsa éprouve sa capacité miraculeuse à maîtriser les forces de la nature qui se manifestent par les éléments, la terre, l’air, l’eau et le feu, rendus par une animation bluffante. Elle est belle cette Nature : il faut la chérir.

source https://www.bienpublic.com/culture-loisirs/2019/11/20/elsa-la-force-de-la-nature

Les articles les plus lus en ce moment:

Donnez une note à note site:

Les notes du site:

4.4
4,4 rating
4.4 out of 5 stars (based on 80 reviews)
Excellent75%
Very good9%
Average5%
Poor4%
Terrible7%

Partagez avec vos amis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here