World news – Radio Classique, CNews et maintenant Current Values: 2021, l’année de Franck Ferrand

0
27

Franck Ferrand débarqué d’Europe 1 et enchante désormais les auditeurs de Radio Classique. Mieux encore, il ouvre une émission sur CNews et hérite cette semaine de la chronique que Denis Tillinac a tenue sur les valeurs actuelles jusqu’à sa mort. Portrait d’un courtier d’histoire rêvant de participer à la reprise de la France.

Il y a des signes de hasard ou des scintillements de providence qui, avec le minimum de recul, prennent l’air de la preuve. Le 1er octobre, Current Values ​​pleurait Denis Tillinac. Notre chroniqueur était parti sans prévenir quelques jours plus tôt. Parce qu’il buvait trop, fumait trop, aimait trop, vivait trop, son cœur s’était arrêté de battre. Soigneusement notre Denis national, qui savait que son week-end en Bourgogne ne serait pas négligé, nous avait envoyé sa chronique avec un empressement inhabituel, ne sachant pas que ce serait le dernier. Il allait mourir au milieu des vignes, des livres et de ses amis, nous laissant tristes et impuissants, avec une précieuse consolation la puissance d’une œuvre que nous aurions à méditer désormais.

Nous ne le savions pas encore, mais celui qui nous a succédé s’est appelé, s’était invité, presque en pénétrant dans les pages du même numéro où nous lui rendions hommage. Le 1er octobre 2020, Franck Ferrand a accepté pour la première fois de donner à notre journal une longue interview à l’occasion de la parution de son dernier livre L’Année de Jeanne. Avec cette petite « histoire politique », fébrilement écrite lors du premier emprisonnement, cet amoureux de la France et de son histoire a imaginé une Jeanne contemporaine qui, entre autres, a sauvé Strasbourg des griffes de la Commission européenne.

« La France a son dernier mot non dit », Franck Ferrand espérait croire en cette interview qu’il nous a donnée au milieu d’un automne qui promettait de faire sombre. Bien sûr, comme nous, il l’a vu si criblé, criblé, si proche de l’effondrement et de l’extinction, qu’il a comparé la situation en France aujourd’hui à celle de Charles VI. Comparé à celui qui avait signé le «honteux traité de Troyes» en 1420 qui ancrait le triomphe de la dynastie anglaise des Lancastriens, tandis que la dynastie du Cap n’était représentée que par un roi fou et un héritier qui se voyait refuser par ses parents. Ça comptait alors sans Jeanne d’Arc … Avec ce nouveau livre, ce n’était pas seulement un cri du cœur, mais déjà un appel au départ. «Le temps me dérange et m’inquiète», confie-t-il à Charlotte d’Ornellas et Mickaël Fonton. Cependant, je ne pense pas que nous puissions nous permettre le luxe de lui tourner le dos. Même si nous le pouvions, ce ne serait pas souhaitable. Il a exprimé sa volonté de participer aux débats publics tout en affirmant pour la première fois une identité politique que ses lecteurs et auditeurs ne reconnaissent pas. Ses amis peut-être? Stéphane Bern dit que c’est « une réaction rien ». Il préfère admettre être « conservateur ». Mais son public?

Les Français connaissent Franck Ferrand depuis des années. Franck Ferrand est une voix avant d’être une plume; Un son légèrement grave reconnaissable par tout le monde, touchant parfois les aigus sans jamais attaquer le tympan. Une voix, un verbe fort et enthousiaste qui vous saisit, attire votre attention. Après avoir appris le métier de Pierre Bellemare, il a enchanté les auditeurs d’Europa 1, sa première maison, pendant quinze ans avant d’épater les oreilles de ceux de Radio Classique qui ont embauché ce formidable conteur après que le radiodiffuseur de rue François-Ier ait décidé de le céder. pour informer ses vacances. Une larme pour lui. Mais pour ce mélomane qui adorait absolument Herbert von Karajan dans son enfance jusqu’à ce qu’il dirige un fan club dédié au chef d’orchestre et dépense tout son argent de poche pour le voir en concert à la Salle Pleyel, il y avait comme un refuge naturel. la mélodie de l’enfance.

Il n’en reste pas moins qu’à la radio, à la télévision, dans ses essais et romans historiques, dans le spectacle qu’il a donné au Théâtre-Antoine quand il ne faisait pas de tournée en province , ce guide d’histoire, le fils clérical Alain Decaux et André Castelot ont toujours pris grand soin de se cacher derrière son sujet du jour. On pouvait deviner l’émotion, mais rien dans ses mots ne trahissait le parti pris. Quand il faisait la une des journaux, c’était toujours au cours de controverses historiques. Franck Ferrand défend avec la plus grande énergie que le site officiel d’Alésia dans la commune d’Alise-Sainte-Reine en Bourgogne ne correspond pas à la description de Jules César dans ses guerres gauloises et préfère un emplacement dans le Jura. Il soutient toujours l’étude d’Iman Wilkens qui assure que la guerre de Troie s’est déroulée dans les hauteurs de Gog Magog Hills près de Cambridge et non en Crète. La presse rit. L’université fronce les sourcils. Il ne se soucie pas. «Je ne suis pas un homme du oui qui accepte l’histoire officielle», déclare Franck Ferrand. Surtout, il montre qu’il ne manque pas de caractère.

Franck Ferrand, fils d’un boucher de Poitiers, a étudié au collège Henri-IV et au lycée Victor-Hugo. Mais il doit son goût de l’histoire à Mme Giraudeau, son enseignante en CE1, qui tirait les rideaux dans sa classe chaque semaine pour projeter des images de l’histoire et stimuler son imagination. Il est enthousiasmé par Versailles. Mercredi, lorsque ses amis lancent un ballon, il s’enferme dans les archives du département. A 18 ans, il se rend à Paris, où il dirige Sciences Po puis l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) avant de faire son service militaire au Département d’Histoire Orale du Service Historique de l’Armée de l’Air. Il fonde une maison d’édition, la maison d’écriture Cassiopée, devenue Les Éditions du Mémogramme, écrit ses premiers livres, toujours imprimés de manière confidentielle, et met son talent au service des personnalités pour survivre avec sa plume. Alain Decaux sera le premier à l’encourager à se faire un nom à la radio. Avec le succès que nous connaissons. Aujourd’hui ses émissions sont parmi les plus podcastées.

Certains historiens, jaloux de leurs diplômes, se moquent de ce fan du roman national qui n’hésite pas à prêter sa proéminence au retour de l’anneau de Jeanne d’Arc à Philippe de Villiers. Franck Ferrand ne le cache pas. Il en est même fier et n’écrase pas les mots contre ceux qui préfèrent déconstruire l’histoire plutôt que d’essayer de nous faire aimer. «Cet apprentissage du dégoût de la terre», qu’il regrette dans les nouveaux programmes d’histoire, n’est pas une simple déconstruction. «C’est une démolition d’accord! »Il prend la tempête. «En torpillant notre histoire, l’éducation nationale a fait des dégâts considérables. Nous voyons maintenant les effets. Franck Ferrand peine cependant à se qualifier d’historien.

Le journaliste est régulièrement sollicité pour définir son métier et recourt volontiers à une métaphore. Les chercheurs scrutent les archives comme un joyau au cœur d’un rocher. Les historiens extraient le diamant, l’expliquent et le mettent en perspective. Les historiens et les tailleurs qui ont mis le bijou polissent cette œuvre. Finalement, des vulgarisateurs montent sur scène et offrent au joyau une toile de fond que le public mérite d’apprécier et d’instruire. Franck Ferrand est un formidable vulgarisateur, infatigable courtier d’histoire.

Cette vie bien remplie d’activités et de projets aurait pu suffire à son bonheur. Franck Ferrand n’était plus seulement une voix, mais un visage de télévision familier aux Français, d’autant plus familier et populaire que France Télévisions lui avait offert la plus belle vitrine en lui proposant de commenter le Tour de France. le plus grand événement sportif du monde. Il était dans son firmament, son entreprise. Mais c’était en lui, comme le sentiment d’incomplétude. En octobre, il nous a dit: «Tout me pousse à vivre une vie confortable, amusante et paisible. Soit dit en passant, c’est à peu près ce que j’ai fait jusqu’à présent. J’aurais pu continuer comme ça, au milieu de compliments plus ou moins sincères qui me venaient de toutes parts, et de franchir des niveaux et des degrés plus agréables chaque année. Mais qu’est-ce que cela veut vraiment dire? Mettez des œillères, jouez à l’autruche, continuez votre petite vie privilégiée dans un monde qui s’effondre? «  »

L’année de Jeanne a été une première réponse à ce besoin urgent, à cette petite voix intérieure qui lui murmurait de travailler contre le déclin programmé de la France. Participez à la vie politique à votre manière. «Ne mentez pas et ne vous mentez pas à vous-même», a-t-il dit à ses lecteurs dans un addendum. Supposons que cette pensée conservatrice qui l’anime n’était pas une erreur facile. Certains de ses amis essaient de le dissuader de poursuivre ses idées. Au contraire, il souhaite une présence plus officielle. «Le public n’accepte pas ce qui n’est pas accepté. Je préfère travailler dans la lumière que dans l’acide sombre », nous confie-t-il. Le philosophe et eurodéputé François-Xavier Bellamy, dont il reçoit parfois des conseils, l’encourage et le réconforte dans cette direction. Lorsque Geoffroy Lejeune, le rédacteur en chef de Current Values, lui propose le successeur de Denis Tillinac, Franck Ferrand n’a pas besoin de longtemps pour répondre positivement à sa demande. Il partage le même amour de la France éternelle avec Denis Tillinac. Il va maintenant garder une colonne. Son «grain de sel» pour pimenter le journal et prendre ses responsabilités. Bienvenue, cher Franck!

guilhemfig697v

– 01.09.2021 à 15h19
Permalien

Je répète que son documentaire E1 sur al-andalus était plein de mensonges, de complaisance et d’oubli volontaire.

jeanl2

– 01.09.2021 à 15h41
Permalien

cgpm48

– 01.09.2021 à 13h50
Permalien

Oui … on verra si ce pseudo-historien restaure la vérité sur une révolution française qui a été « soi-disant » faite populairement, ouf woof woof! (rires sardoniques et yeux sinistres).

jeani2

– 01.09.2021 à 16h04
Permalien

Laissez-le tenter sa chance! Ce pays commence à s’exciter de voir comment nous l’émasculons. Les voix et les plumes se démarquent.

FLE1212

– 01.09.2021 à 13:15
Permalien

Excellent choix, bravo à VA pour laisser place à des personnes talentueuses comme Franck Ferrand. Tout Français qui pense que la vraie culture et l’histoire françaises ont encore une place dans les médias sera encore plus fidèle à vos côtés.

Ref: https://www.valeursactuelles.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube en cliquant ici: EBENE MEDIA TV

Vidéo du jour:

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]