Weltnachrichten – FR – Faut-il être un homme toxique pour réussir à la télé-réalité?

0
30

. .

Heimatkultur Reality TV Faut-il être un homme au comportement toxique pour réussir à la télé-réalité?

Au début de la reprise de l’émission Les Princes et Princesses de l’Amour avec leur casting Mujdat, connu pour son comportement répréhensible, on craint l’émergence d’une toxicité à la télévision.

Avec la saison annuelle à Marseille face au reste du monde, c’est au tour d’un autre rendez-vous sexiste majeur de reprendre le créneau quotidien de fin de journée de la chaîne W9..

Ce soir, lundi 30. Le 11 novembre, Les Princes et Princesses de l’Amour sont effectivement de retour pour une huitième édition qui, si l’on veut en croire son casting, nous réserve quelques heures de soucis . . .

Et pour une bonne raison. Le roi des comportements problématiques sera présent dans ces nouveaux épisodes: nous avons nommé Mujdat Saglam, un candidat à la télé-réalité qui s’est fait connaître pour son engagement avec la télévision et les réseaux sociaux, la chérie Milla Jasmine..

Après avoir menti à son ex-partenaire sur sa situation familiale (notamment le fait qu’il était marié et père de deux enfants), après l’avoir manipulée et lui avoir montré toute sa mythomanie devant toute la France dans Les Marseillais contre les Marseillais Reste du monde, l’entrepreneur a désormais un nouveau terrain de jeu: les princes et princesses de l’amour.

Un programme qui n’est pas la première fois tenté avec des hommes aux attitudes toxiques voire dangereuses, puisqu’il a fourni à Julien Guirado (Prince of Love l’année dernière) avant tout un espace médiatique important) comme il était dirigé par Marine El Himer, son ancien partenaire a été accusé de violence domestique, comme expliqué sur RTL.

Alors que W9 fait son beurre avec le conflit entre couples (souvent) causé par les hommes de l’émission, on se demande: faut-il être un gars toxique pour réussir à la télé-réalité?

Le conflit fait partie du succès et de l’audience de la télé-réalité. Brigitte Grésy, présidente du Haut Conseil pour l’égalité entre les femmes et les hommes, explique:

« Dans la télé-réalité, la recherche de« l’effet de choc »joue un rôle central. . Les relations de couple doivent être un peu turbulentes, sinon elles ne présentent aucun intérêt. « 

« Il existe des sources très traditionnelles que la télé-réalité active, comme l’humiliation des femmes, leur disqualification. Et une très forte affirmation de la force et de la masculinité des gens. Nous sommes donc dans des stéréotypes de genre complètement intensifiés, censés conduire à des affrontements et à des violences. . « 

Et c’est vrai dans presque tous les épisodes des Marseillais ou des Princes et Princesses de l’Amour. Les affrontements entre couples, les disputes, les déceptions sont la base des programmes, sont leurs thèmes principaux.

C’est tellement difficile de faire une histoire saine et stable sous les caméras W9, contrairement à ce que l’émission Les Princes et Princesses de l’Amour tente de faire avaler à ses téléspectateurs.

Ainsi, dans l’histoire des grands programmes de télé-réalité française, il y a eu quelques cas d’école concernant les relations toxiques.

Les plus marquants auxquels on puisse penser sont bien sûr les couples Julien Tanti / Manon Marsault, Kevin Guedj / Carla Moreau, Milla Jasmin / Mujdat Saglam, Julien Guirado / Marine El Himer, tous formés sous l’œil de W9.

Tous les candidats, absolument tous, ont bâti leurs fondations sur des mensonges, des tromperies (de la part des hommes) et des manipulations éprouvées qui feraient en sorte que tout psy se jette à l’envers contre un mur de plâtre de Paris.

Si ces couples semblent s’être solidifiés pour certains, comme c’est le cas des désormais mariés Tanti et Guedj / Moreau, ils ont des enfants et prétendent être heureux, au moins dans leurs réseaux, depuis des années ils assurent que triste spectacle de leurs conflits.

Nous nous souvenons avec une pointe de peur des heures sombres où Kevin Guedj a traversé sa petite amie, l’a vilipendée pour avoir osé danser sexy dans un club, ou l’a insultée parce que c’est elle qui a rassemblé d’autres hommes quand il l’a trompée.

C’était douloureux de voir Carla Moreau affirmer ses droits fondamentaux pour un bourreau dont la nocivité est difficile à supporter.

Malheureusement, le résultat est déchirant: presque tous les candidats aux Marseillais et aux autres émissions de W9 comme Les Princes et Les Princesses de Amour sont comme Kevin.

Si on met de côté Thibaud Garcia, membre des Marseillais, et qu’on n’applique qu’un minimum progressif du programme, TOUS les hommes utilisent des techniques perverties et en abusent pour mieux façonner les femmes qu’ils désirent ou veulent détruire.

Prenons par exemple Anthony Paggini, dit Paga, et Greg Yega, deux candidats emblématiques des Marseillais (dont le dernier épisode pourtant réuni en 955. 000 spectateurs).

Sur le papier, il y a deux hommes heureux qui « mettent l’ambiance » partout.

Le premier est DJ et saute de scène en scène comme un gamin sous acide. La seconde ambiance des boîtes de nuit avec chorégraphie à la Michael Jackson, veste à sequins soudée sur les épaules.

Punchlines, danses ondulantes et autres déguisements Chamarés: on a envie de les aimer. Mais derrière leur image de teasers parfaits, il y a des gens avec beaucoup plus de bases et des conceptions répréhensibles. .

En témoigne les nombreux épisodes où ils s’énervent du refus d’un candidat de céder à sa progression. On se souvient particulièrement du harcèlement que Greg Maeva a exposé pour qu’elle puisse sortir avec lui.

Bien sûr, nous ne savons par ce comportement pervers que ce que l’expéditeur veut nous montrer.

Il est difficile de savoir dans quelle mesure ces actes sont favorisés ou non par la production et quel est le résultat de la toxicité intrinsèque chez ces individus.

« Je ne pense pas qu’il y ait de décision délibérée de recruter des candidats toxiques. Mais les motivations de l’émission renforcent en fait les stéréotypes de genre. « 

Que des mesures délibérées soient prises pour proposer des candidats problématiques, le fait demeure que les épisodes sont diffusés quotidiennement, banalisant la toxicité, le harcèlement et le sexisme.

Même les candidats qui, à première vue, reçoivent le bon Dieu sans confession se révèlent rapidement répandus dans une misogynie hideuse et primaire qui n’a plus sa place dans une émission télévisée de 2020. .

Tout ce que vous avez à faire est de regarder Bastos, l’ancien concurrent de Secret Story et maintenant dans le casting des Princes et Princesses de l’Amour, qui explique grossièrement dans le premier épisode de la saison en cours, «  Une jeune femme qui est venue pour trouver l’amour :

« Cheveux décolorés, robe sexy: celle-ci qu’elle n’a pas enfilée pour mettre des perles. « 

Un jugement, en bref, basé sur l’apparence du candidat. Réduire une femme à son corps et y attacher un cliché de mœurs est monnaie courante dans le programme.

Sans aucun doute, Mujdat Saglam est l’exemple le plus frappant de masculinité toxique ces derniers temps. L’entrepreneur turc est, aux yeux des autres, un petit nouveau dans le monde très étroit de la télé-réalité française.

Arrivé en tant que « Guy in Milla » en 2019 à la Villa des Marseillais contre le reste du monde 5, il a rapidement montré toute sa toxicité.

Pour rappel, Milla a commencé une relation avec un autre homme après avoir appris que son mujdat lui avait menti pendant des mois sur son état matrimonial. .

En fait, contrairement à son témoignage, Mujdat était toujours marié et . . . Père de deux enfants.

Un mensonge que le candidat tente de glorifier et chante sur YouTube qu’il a laissé ce détail afin d’avoir « ses chances » avec la jeune femme.

Lorsqu’il est entré dans l’aventure et a découvert que son partenaire sortait avec un autre homme, il a essayé de submerger la jeune femme en utilisant des techniques de manipulation classiques jusqu’à ce qu’il la déclare coupable.. .

Lors de l’édition 2020, l’entrepreneur est entré à la Villa des Marseillais contre le reste du monde en tant que célibataire et est de nouveau entré dans de nombreux conflits avec son ancienne fiancée (partie de l’aventure pour lui, puis est revenu régler les factures).

Dès lors, sous le regard émerveillé des autres candidats, il a démontré une capacité à mentir contraire aux lois du bon sens.

Les concurrents, surpris chaque jour par la capacité de Mujdat à déformer ses mots, n’ont pas tardé à le qualifier de mythomane.

Ce que le groupe principal a défendu en utilisant sa technique préférée: maîtriser les autres.

Mujdat, si l’on utilise le bon sens, doit être tenu aussi loin que possible des programmes que des centaines de milliers de jeunes voient chaque jour.

« Lorsque nous décrivons des comportements humiliants et disqualifiants comme naturels à la télévision, nous sommes tentés de les reproduire. L’apprentissage de la vie se fait par mimétisme, par identification avec des modèles [. . . ]. Si vous avez des sources d’action dans des émissions avec des concours ou des concours qui inférieurs et disqualifient les femmes, cela aura un effet néfaste sur les téléspectateurs. « 

« Bien sûr, ce n’est pas automatique. On ne peut pas dire que ces modèles fonctionneront forcément mal. Cela dépend également de la pensée critique des consommateurs et du contexte dans lequel ce programme est vu. . « 

En supposant qu’il existe un risque de mimétisme de la part des téléspectateurs, il est de la responsabilité des programmes de garder les personnes qui promeuvent la toxicité et sont toxiques hors de portée de leur public.. même des parangons.

Il aurait donc été logique que l’on ne voie plus Mujdat Saglam, tout comme on ne voit plus Julien Guirado à la télévision. A leur place, il aurait été judicieux d’un point de vue pédagogique d’apprécier les hommes déconstruits qui prônent une masculinité positive.

Mais Mujdat Saglam est la nouvelle figure de proue de la nouvelle saison des princes et princesses de l’amour.

Les jeunes filles auront donc du mal à gagner le cœur de cet homme. Il n’y a qu’une étape à partir de là pour dire que le programme jette des jeunes femmes dans la bouche d’un loup . . .

En effet, à la pointe de la toxicité masculine, les femmes évoluent, moelleuses ou orageuses, victimes d’un système pour lequel elles s’imposent.

Ce sont les amies trompées, les mères qui se sacrifient, victimes d’un système patriarcal qui refuse de céder au progressisme.

Il est clair que les années passent et que les sujets restent inlassablement les mêmes, que ce soit dans Les Marseillais, dans les princes et princesses de l’amour ou dans les anges de la télé-réalité: rire, gouverner et affirmer chaque femme qui est la sienne Chemin traverse.

Les femmes, en revanche, se battent pour certains points de crédit, mais perdent principalement parce qu’elles sont censées être:

Les candidats masculins, qui pour la plupart sont incapables de rompre leurs liens éternels de masculinité, accusent leurs compagnons ou adversaires d’être des manipulateurs ou des sorcières pendant des années.

Alors que Greg adorait sa chérie, elle l’évitait constamment et jouait parfois clairement avec ses sentiments. Comportement généralement entièrement masculin, si l’on en croit la logique de ces programmes.

Oui, mais la voici: ce qui s’applique aux hommes ne s’applique pas aux femmes.

Mais les femmes n’ont manifestement pas le droit de faire des choix conscients à la télé-réalité et de contourner les pièges de leurs tortionnaires potentiels.

Ils doivent être impeccables, avoir des «principes et des valeurs», deux termes que les candidats utilisent sans discernement.

Toute femme qui s’écarterait des règles clairement évoquées par son sexe sera agressée, comme ce fut le cas avec Océane El Himer, qui a été flagellée par tous les Marseillais pour avoir embrassé un homme qui était déjà en une relation était le filet.

Si les hommes peuvent se payer quoi que ce soit, les femmes ne doivent pas subir le moindre outrage moral causé par leurs courtisans et leurs critiques.

Ce sont donc soit des jeunes femmes «bonnes à tous points de vue», soit des «filles qui se négligent». .

On voit donc que l’éternelle dichotomie de la vierge ou de la pute qui régule le rôle des femmes au cinéma, à la télévision et parfois même dans la vraie vie et en retire toutes les nuances est toujours bonne. .

Des hommes toxiques et dangereux qui peuvent s’en tirer, nous avons tous en tête. Vous n’avez pas besoin de les connaître exactement car ils occupent beaucoup d’espace médiatique.

En réalité, ces individus qui célèbrent l’apogée des programmes «poubelle» ne sont eux-mêmes que le fruit d’une société patriarcale dans laquelle les femmes sont acculées ou leurs paroles sont interrogées et les hommes glorifiés (cf.. le César de la meilleure performance décerné à Polanski).

Les Marseillais, les princes et princesses de l’amour et même les anges de la télé-réalité sont ainsi le miroir terrible, tourmentant et effrayant d’une société française dont le sexisme est encore très persistant.

Si nos politiciens devaient se donner demain un rôle plus exemplaire, à l’image de nos entreprises et de nos médias, les émissions de divertissement pourraient changer d’avis et choisir d’éduquer plutôt que d’utiliser la toxicité et les stéréotypes de genre comme leviers de succès.

Peut-être qu’un jour, W9 aura une rhétorique féministe, progressiste et responsabilisante autant de téléspectateurs que d’affrontements, de tromperies, de mensonges et de manipulations qui sont désormais les piliers de son succès.

« Ce type de spectacle consiste toujours à créer des modèles ringards qui, selon eux, attireront plus l’attention que des spectacles où les femmes et les hommes sont identiques. Nous devons inventer des choses qui ne renforcent pas les stéréotypes. « 

Il s’agirait maintenant de réfléchir à de nouveaux formats qui s’intégreraient davantage dans le jeu de leur époque.

Arrêtons donc ce dangereux archaïsme et jouons enfin la carte du progressiste à la télévision, notamment en promouvant une masculinité positive à travers des candidats déconstruits et en rendant ces programmes plus inclusifs pour les minorités ethniques et les personnes LGBTQ. .

A lire aussi: madmoiZelle crée ses propres personnages féminins pour les jours du jeu vidéo

Avez-vous aimé cet article? Vous aimez madmoiZelle. Désactivez votre bloqueur de publicités ou soutenez-nous financièrement!

madmoiZelle est une marque déposée. madmoiZelle, un site que vous pourriez penser s’appeler Mademoiselle, mais en fait non.

Les princes de l’amour, W9, prince, télé-réalité, amour, Les Marseillais contre le reste du monde

World News – FR – Faut-il être un homme de comportement? toxique pour réussir à la télé-réalité?
. . Titre associé :
– <a href = "/? s = Faut-il être un homme avec un comportement toxique pour réussir à la télé-réalité? un homme avoir un comportement toxique pour réussir à la télé-réalité?
 » Les princes et princesses de L& # 39; Cher « : Que devez-vous savoir sur la nouvelle saison sur W9
Les princes et princesses de l& # 39; amour 8: les premières images de & # 39; Alix révèle
Les princes de l& # 39; amour 8: Alix, Kellyn et Beverly sont dérangés par un prince mystérieux (VIDEO EXCLUE) > – Les princes et princesses de l& # 39; Amour 8: casting, date de diffusion, nouvelles règles. . . Toutes les informations à ce sujet . . .
LPDLA8: Tout & # 39; Vous devriez être au courant du débarquement de l’émission sur W9!
Les princes et princesses de l& # 39; Amour 8: Mujdat, Alix, Bastos, Julien Bert. . . Qu’est-ce qui va changer dans W9?
Les princes et princesses de l& # 39; Amour 4: Mujdat et Milla Jasmine, Alix trop impulsive, Julien Bert. . . Magali Berdah . . .
Bastos (Les princes et princesses de l& # 39; amour 8): " J& # 39; J’étais un peu rebelle des princes … "
Découvrez les plus belles photos de la star Beverly Bello

Ref: https://www.madmoizelle.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]